EDITORIAL

Un vent nouveau

Quelque chose de nouveau, de différent… Laissons là les formules toutes faites du « changement dans la continuité ».
Promenons-nous sur les sentiers qui ne sont pas battus, hissons la grand-voile sans savoir ce qui se trouve au bout de l’océan, errons dans l’inconnu avec
hardiesse. L’Aventure, c’est l’Aventure !
C’est la devise qui lui a valu son nom, c’est là que tout a commencé. Au début, il y a eu un gars dans une antenne sociale qui a donné le goût du théâtre à une
bande de jeunes Hémois. Puis, il y a eu une association qui s’est montée, ça a commencé à jouer dans des préfabriqués. Et puis, une compagnie professionnelle est née. Et des ateliers, enfants et adultes, se sont multipliés. Et enfin la municipalité a construit et mis à disposition un théâtre, comme éclos de toute cette belle énergie. Au cours de cette trentaine d’années, plusieurs générations sont passées dans les murs extensibles du Théâtre de L’Aventure, et ont apporté leur pierre à cet édifice mouvant. Et toujours, au centre, comme mur de chair porteur, comme pilier, Jean-Maurice Boudeulle dit Jean-Mo.
Et voici qu’il prend sa retraite, il y a trois ans déjà. Et puis après ?
« Ne dis pas que le combat est inutile, que le labeur et la douleur sont vains. Notre ennemi n’est ni faible ni fragile. Comment changer le monde si on ne fait rien ? Si nos espoirs étaient futiles ? ». Il est des citations comme celle de Matthew Warchus qui donnent envie de poursuivre l’Aventure créée par Jean Mo. Une Aventure plurielle, qui éclaire les luttes, les rêves, les possibles. Toutes ces petites lumières allumées qui, ensemble, font un feu de la Saint-Jean (Mo). On s’est creusé longuement les méninges pour inventer la suite. Une suite qu’on a voulu collégiale, collective, aux côtés de la directrice Delphine Hamy, de l’équipe permanente, des artistes, des animateurs, des techniciens, des amateurs, des adhérents… En juin dernier, les adhérents, en assemblée générale, ont voté. Nous, Pierre Boudeulle, Christophe Dufour et Luc-Vincent Perche, comité artistique, sommes là pour continuer à attiser ce feu, animer ce vent de révolte qui règne au Théâtre de l’Aventure, en commençant par offenser nos propres habitudes.
Luttons contre le « c’était mieux avant », attaquons les bastions qui nous isolent, et laissons une place à ce vent nouveau qui nous revigore. À l’abordage !