EDITORIAL

Oser la couleur ! 

 

Il en est des couleurs, comme de presque tous les mots… Elles ont plusieurs sens.

Par exemple, quand notre 8e président dit qu’il va nous annoncer la couleur, beaucoup se préparent au pire ! Rien à voir avec notre jubilation à la maison quand notre père nous annonçait le passage de la télé noir et blanc à la couleur !!!
Car la couleur qu’il nous annonce, le VIIIe, n’a rien de bien réjouissant : oulala, le code du travail ! Oulala, la réduction de 10 milliards de dépenses des collectivités territoriales ! Oulala, on a mangé notre pain blanc, on va en voir de toutes les couleurs ! Effectivement du coup certains voient rouge, d’autres rient jaune, quelques uns sont verts de rage et même quelques autres en attrapent le blues, pire une peur bleue…
Tiens ce Bleu lui même, titre de notre prochain spectacle, à la fois hommage à Miró et ode à la vie, la couleur préférée de chacun ou presque : on se l’arrache ! On se le prend pour drapeau, pour bannière, pour maillot, on tente même de se l’approprier à des fins pas toujours très humanistes alors que ce bleu l’oublierait-on, il est d’abord un don de la nature, c’est la couleur de notre terre, bleue… comme une orange.
Les accapareurs de tous poils – ceux à qui sont destinés les dix milliards d’économie proposés par le VIIIe – seraient capables de nous breveter les couleurs comme ils le font avec les plantes, les adn, les médocs : imaginez que chaque fois que vous utilisez une couleur vous soyez obligé de payer une franchise, là à un opérateur téléphonique, ici à un sponsor sportif, ailleurs à une firme alimentaire… On ferait tous grise mine !
Sûr qu’on ne verrait plus la vie en rose. Tiens comment s’habillerait-on ? Quelles couleurs nous laisseraient-ils : marron, kaki, vert de gris ? Mais on n’en est pas encore là car il y a des tas de gens qui ne se laissent pas décolorer, ni décolérer d’ailleurs. Car il y a des tas d’associations obstinées à colorer nos existences, en créant du lien entre les peuples différents et des solidarités nouvelles au quotidien, en inventant avec leurs mains vertes des jardins de proximité aux mille couleurs à partager, et le théâtre de l’Aventure est du nombre, armé de sa nouvelle saison haute en couleurs, mieux, Mirobolante !

JMB